813

Un billet de Patrice du 22 octobre 2014 :

Quelques pas de solitude, mon œil. Que vous soyez loin de tout, voire très loin, il y aura toujours bien quelques oiseaux qui vous
rapprocheront des vivants, une tortue qui traversera la route et vous la cajolerez comme le petit dernier, un crapaud compagnon de route pendant une dizaine de mètres, si ressemblant aux humains plein de coa, coa, quoi, quoi une question sans doute?

Quelques instants oubliés, le noir de la vie, la mort d'un proche, des personnages en devenir, ceux qui se transforment en vilain, méchant pas beau, ami pour la vie, en personnage rêvé, en celui qui pense comme moi.

Un petit tour dans les chemins perdus où la nature vit sa vie, pour en construire un peu la nôtre.


Lire le billet sur le blog ici