Axelle

Magazine Axelle n° 229, mai 2020

Elles nous prennent à la gorge, les mains nues d’Amandine Dhée. elles ont arrêté le temps, afin que la narratrice trentenaire mère d’un petit garçon puisse s’interroger sur ce qu’elle veut, elle. « Je laisse alors retomber ce qui trouble mon eau et extirpe mon désir à mains nues. » Un désir qu’elle a souvent confondu « avec celui des autres », quitte à se noyer. Et ses mains nues au-dessus des flots vont la sauver. La narratrice ramène à la surface toutes ses expériences charnelles dans son parcours de femme : la déflagration intime que sont les premières règles, les premières pelles roulées dans la cour de l’école, la haine de son propre corps à l’adolescence, sa virginité qui l’encombre, les amis-amants, les commentaires des hommes sur son corps dans la rue, la première fois où elle se sent en couple, sa grossesse, la découverte du premier cheveu blanc. Ses mains nues retournent fouiller dans son enfance, revisitent l’âge adulte, projettent le temps de la vieillesse avec, à chaque étape de cette émancipation, une réfl exion féministe sur le désir des femmes, leur corps et leur sexualité. « C’est quoi être une femme ? » Ces mains nues cherchent à savoir comment ne plus avoir peur de devenir soi-même. Le style vif et percutant d’amandine Dhée combat avec humour et sensibilité ces injonctions qui bradent le désir. Le deuxième roman de l’écrivaine et comédienne française tord le cou des normes dans un plaidoyer pour l’émancipation des femmes. (F.D.)

Téléchargement

Pour aller plus loin