DNA

Un article du 27 juin, extrait :

Depuis sa parution en août dernier, le texte érotique de la Tchèque Jana Černá a été réimprimé trois fois. L’engouement pour cette lettre écrite probablement en 1962 et traduite en français par Barbora Faure pour les éditions de la Contre-Allée (96 p., 8,50€), n’est pas prêt de tomber. L’auteure décédée en 1981 dans un accident de la circulation, revendique en effet une liberté sexuelle et une émancipation politique encore à venir. Sexe, pouvoir et pensée s’embrasent dans les pages de Pas dans le cul aujourd’hui. Adressée à Egon Bondy, auteur mythique en Tchéquie, spécialiste des philosophies orientales, mais aussi auteur des textes des Plastic People of the Universe, le groupe de rock symbole de la rébellion des années 70, la lettre n’a rien perdu de sa modernité. C’est même l’inverse, sa liberté de ton et sa vigueur intellectuelle nous soustraient de l’engourdissement régressif ambiant.