Han han Magazine

Un article de Farouk Archaoui, extrait :

" Cette lettre écrite au début des années 60 par l’écrivaine tchèque Jana « Honza » Cerna à l’adresse de son mari Egon Bondy, explore dans son authenticité et toute sa profondeur le corps, l’amour et l’esprit libres, en somme un état absolu d’une liberté revendiquée.

Peu avant le Printemps de Prague, alors que les consciences sont écrasées par l’intégrisme politique de l’après-guerre, Jana Cerna, à contre-courant, nous offre le loisir de jouir de sa propre existence. La pensée de Jana Cerna est une pensée follement vivante, débordante d’insoumission, volontairement sourde à l’insipide Morale. Son refus du conformisme... "

La suite par ici