La Voix du Nord

« Dans quel monde vivons-nous, lorsque les déchets sont absents de notre champ de vision, et pourtant omniprésents ? » Lucie Taïeb, écrivaine, traductrice, maîtresse de conférences en études germaniques, l’avouait récemment lors de l’émission La Grande Librairie : elle pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses dans ce livre publié en France (il l’a d’abord été au Canada) par la maison d’édition lilloise La Contre Allée.

 

Sa quête s’ouvre à Berlin dans un questionnement sur le mémorial de la Shoah, la conduit à New York, en passant par le roman Outremonde de Don DeLillo. À Staten Island, Lucie Taïeb évoque un lieu bucolique devenu une décharge (Fresh Kills, c’est 29 000 tonnes de déchets par jour pendant 50 ans, les débris du World Trate Center en 2001, dont des restes humains), enfin un parc en devenir, rebaptisé Freshkills (sans espace).

 

Avec la rigueur de la chercheuse et la licence de la poète, Lucie Taïeb s’interroge sur la présence, l’absence, ce que cachent nos villes trop propres. Les ordures ne disparaissent jamais vraiment, ni la mémoire des lieux et des vies.

Téléchargement

Pour aller plus loin