Libération

Lundi poésie, par Guillaume Lecaplain, le 20 avril 2020

« À partir de ces témoignages, elle compose des poèmes, mais ne tombe jamais dans l’esthétisation. La parole de ces femmes reste brute, terrible, à la hauteur du traumatisme subi et de la difficulté de se reconstruire. »

À lire ici.

Pour aller plus loin