L'ivresse littéraire

le 27 octobre 2019: Les Enfants verts, au-delà de notre centre

« Olga Tokarczuk (traduit par Margot Carlier) nous entraîne dans une aventure colorée, onirique et même mystique, dans une époque où s’éloigner de la cour, du centre des décisions ou animations signifie s’engager dans un inconnu effrayant. Effrayant par sa géographie et par la présence de ces inconnus et marginaux. Un monde qui s’il se déploie au XVIIe siècle n’en reste pas moins très actuel. Ces enfants à la peau verte presque végétale ne seraient-ils pas les migrants, les SDF, ceux nommés « étrangers » etc. de notre époque ? Ces "centres" ne seraient-ils pas les mêmes qu'autrefois et plus encore avec les grandes puissances économiques et politiques ? 

Les Enfants verts est ainsi un court récit imaginaire qui nous interpelle sur l’altérité, les conflits, les ailleurs et notre relation aux autres cultures. »

L'article complet ici.