Ouest France

Un article sur le prix littéraire des lycéens des Pays de La Loire décerné à Témoin de Sophie G. Lucas, par Delphine Blanchard sur Ouest-France (lire l'article)

 

Les lycéens ligériens décernent leur prix littéraire à une auteure nantaise

 

Organisé par la Région, le Prix littéraire des lycéens a été remis, vendredi 18 mai à La Roche-sur-Yon, à Sophie G. Lucas pour son livre « Témoin ». Une plongée poétique au tribunal de grande instance de Nantes.

 

À l'annonce de la gagnante, les 500 lycéens présents à La Roche-sur-Yon, hier, ont laissé éclater leur joie. Raphaël, lycéen à Angers, a voté pour Sophie G. Lucas et veut absolument son selfie avec l'auteure. « J'ai lu son livre d'un trait. Elle raconte les histoires de délinquants avec une dimension humaine qui m'a vraiment plu. J'ai eu de la peine pour eux. Je me suis mis à leur place. »

 

L'objet de tant d'admiration ? Le récit poétique Témoin, écrit par cette Nantaise qui a assisté pendant plusieurs mois à des procès en correctionnelle au tribunal de grande instance de Nantes.

 

Le prix est remis chaque année par 500 élèves de onze lycées de la région Loire-Atlantique qui doivent faire leur choix parmi huit ouvrages. Chaque classe rencontre trois des auteurs. Raphaël n'avait pas eu la chance de « voir en vrai » Sophie. Il exulte. Qui a dit que les jeunes n'aimaient plus lire ?

 

« J'ai mis le Wifi en congé »

Sophie G. Lucas confirme : « Je suis agréablement surprise. Ça me rassure. Je ne vois jamais de jeunes dans les rencontres en librairies. Leur retour est très intéressant et je suis étonnée par leur choix. Mon livre n'est pas le plus facile à lire. »

 

Certains lycéens avouent : « J'ai un peu fait le kangourou pour les autres ouvrages. » C'est-à-dire ? « Bah, j'ai sauté des pages ! » Pour cet autre, c'est « le wifi que j'ai mis en congé pour lire tous ces livres ». Mais, au final, « c'était hyperbien. On se dit : zut, c'est fini. Je vais lire quoi, maintenant ? » Et si certains allaient ainsi choper le virus ?

 

« C'est tout l'enjeu, explique la Région, à l'initiative du projet. Permettre aux jeunes de lire des oeuvres qu'ils ne choisiraient pas d'eux-mêmes. » Des ouvrages « exigeants, accessibles et diversifiés », choisis par un comité de lecture composé d'éditeurs, de libraires et documentalistes de la région. Les lycéens ont eu la main heureuse en désignant ce récit édité chez un éditeur peu connu (La Contre-Allée). Le choix du néophyte vient toujours du cœur.

 

Delphine BLANCHARD

Pour aller plus loin