Catalogue

La sentinelle

Une attention particulière aux histoires et parcours singuliers de gens, de lieux, mouvements sociaux et culturels.
Dernières publications :

Contre-jour

Jerónimo Larrea se rend à Buenos Aires pour assister aux funérailles de son père. De retour à Madrid, où il s’ est exilé et a fondé une compagnie de théâtre, il reçoit un appel de Checo, une vieille connaissance qu’ il n’ a pas vue depuis longtemps et qui lui propose un rendez-vous. Jerónimo Larrea n’ en reviendra pas.

Lire la suite...

La femme brouillon

Le meilleur moyen d’ éradiquer la mère parfaite, c’ est de glandouiller. Le terme est important car il n’ appelle à aucune espèce de réalisation, il est l’ ennemi du mot concilier. Car si faire vœu d’ inutilité est déjà courageux dans notre société, pour une mère, c’ est la subversion absolue.

Lire la suite...

Chômage monstre

mon cœur est un piano fermé à clef dit la jeune fille quelle musique entendre alors quel air aimer ?
le désir était là quelqu’ un l’ a détourné
les techniques ont caché les outils j’ ai appris à m’ en servir mais pas pourquoi je m’ en servais.

Lire la suite...

Caverne

« Caverne est une chanson personnelle. Un chant intime.

De tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, pour moi, le plus important, ma priorité, c’est ma poésie. Le travail sur la langue. cette quête de sens, de quintessence. D’un langage qui tient autrement au réel.

Lire la suite...

moujik moujik

« L’idée de moujik moujik est née d’une colère et d’une impuissance. D’abord. La mort d’un homme, Francis, qui vivait sous une tente, dans le Bois de Vincennes, l’hiver 2008. La découverte de ces dizaines de personnes, hommes et femmes, jeunes et vieux, vivant dans ce bois. Invisibles. Et la litanie de personnes mortes de froid cet hiver-là, en France, annoncée à la radio. J’ai voulu écrire à partir d’eux, de la marge, leur redonner une identité. Et je voulais que ce soit la forme poétique qui s’en saisisse.

Lire la suite...

Les périphéries

Nous déportent, nous décentrent, nous amènent à des confins, nous font prendre des parallèles,
explorer les recoins, les Périphéries nous relient, aussi.

Dernières publications :

Venise est lagune

« [Roberto Ferrucci] raconte sa ville, Venise, avec l’attention d’un chroniqueur et la profondeur d’un narrateur [...] Les paquebots qui défigurent le profil fragile de Venise deviennent pour la première fois les protagonistes d’un roman.» – Francesca Visentin, Corriere del Veneto

Lire la suite...

L'Ultime parade de Bohumil Hrabal

Un hommage et une invitation à lire l’écrivain tchèque Bohumil Hrabal

Bohumil Hrabal est l’un des grands écrivains tchèques de la seconde moitié du xxe siècle. De son chef d’œuvre, Une trop bruyante solitude, l’auteur disait qu’il n’était "venu au monde que pour l’écrire".

Lire la suite...
Dernières publications :

Les Pigeons de Paris

Dans un village isolé d’Espagne, Juan attend sur le pas de sa porte celles et ceux qui viennent pour exproprier le vieil homme de là où il a vécu et grandi. Ils sont jeunes et ambitieux, pressés de faire table rase du passé. Ce sont les enfants de Clio fille d’émigrés à Paris revenus au village le temps d’un été durant l’enfance de Juan. C’était alors les années 60, Clio rencontrait Juan, lui apprenait à lire et lui faisait découvrir un monde vaste et diversfié. Elle incarnait la promesse d’un avenir meilleur…

Lire la suite...

Les Enfants verts

Un petit conte philosophique et historique
Au XVIIe siècle, William Davisson, un botaniste écossais, devenu médecin particulier du roi polonais Jean II Casimir, suit le monarque dans un long voyage entre la Lituanie et l’Ukraine. Esprit scientifique et fin observateur, il étudie les rudesses climatiques des confins polonais et les coutumes locales. Un jour, lors d’une halte, les soldats du roi capturent deux enfants. Les deux petits ont un physique inhabituel : outre leur aspect chétif, leur peau et leurs cheveux sont légèrement verts…

Lire la suite...

Un singulier pluriel

Témoigner, transmettre, questionner. Un sujet et plusieurs voix s'en mêlent.

Dernières publications :

Machiavel face au grand écran


Et si nous allions au cinéma en compagnie de Machiavel ? 

Si Pablo Iglesias est désigné comme le porte-parole de Podemos, ce professeur de sciences politiques est avant tout l’un des penseurs et fondateurs de ce parti antilibéral. Machiavel face au grand écran se présente comme la somme de ses cours de Cinéma politique à l’université Complutense de Madrid entre 2006 et 2010.

Lire la suite...

Le Retour du Prince

Direction d'ouvrage Anna Rizzello, révision de traduction Sarah Waligorski
Nouvelle édition avec une préface d'Edwy Plenel


Mémoire historique de la justice anti-mafia, cette haute figure de
l’État de droit n’a cessé de donner un sens politique à son travail de
magistrat. Son 
Retour du Prince est une indispensable réflexion civique.
Edwy Plenel

Lire la suite...
Dernières publications :

Microcosme : portrait d'une ville d'Europe Centrale

Traducteur : Xavier Chantry

 

« Ce livre ambitieux et exigeant balaye non seulement l’ensemble de l’histoire allemande et polonaise, mais réussit à saisir celles de l’Europe centrale et de l’Est, en les rassemblant. Breslau apparaît comme le théâtre d’une lutte perpétuelle entre Allemands et Polonais, Habsbourg et Hohenzollern, hussites hérétiques et catholiques, catholiques et luthériens, juifs et antisémites, nobles et marchands, socialistes et capitalistes, nazis et soviétiques, apparatchiks et résistants. Et pourtant, comme le montrent si bien Davies et Moorhouse, ce récit est autant le témoin de coopérations et de coexistences que de conflits et de destructions. Microcosm n’est pas un ouvrage succinct, mais l’incroyable ampleur des années et des bouleversements qui le traverse justifie chacune des lignes. »
Brendan Simms - Even the stones spoke German - London Review of Books 

Lire la suite...
Prochainement

En librairie le 14 mars

 

moujik-moujik suivi de Notown
Sophie G. Lucas

" L’idée de moujik moujik est née d’une colère et d’une impuissance. D’abord. La mort d’un homme, Francis, qui vivait sous une tente, dans le Bois de Vincennes, l’hiver 2008. La découverte de ces dizaines de personnes, hommes et femmes, jeunes et vieux, vivant dans ce bois. Invisibles. Et la litanie de personnes mortes de froid cet hiver-là, en France, annoncée à la radio. J’ai voulu écrire à partir d’eux, de la marge, leur redonner une identité. Et je voulais que ce soit la forme poétique qui s’en saisisse. Pour que l’on voit de nouveau ces hommes et ces femmes de la rue. Qu’on les regarde. […]"

 

 

 

Caverne suivi de Cadavre

Makenzy Orcel

" Caverne est une chanson personnelle. Un chant intime. De tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, pour moi, le plus important, ma priorité, c’est ma poésie. Le travail sur la langue. cette quête de sens, de quintessence. D’un langage qui tient autrement au réel.

Il faut écrire de la poésie, écrire vraiment sans se demander pourquoi, parce que c’est comme ça, il n’y a rien à expliquer, rien à comprendre. Pourquoi pas ?

Toute littérature est tentative de se maintenir en équilibre. Mais par-dessus tout, Caverne est une descente dans mes cavernes, mes zones  existentielles les plus reculées, une exploration de l’intime. "

Catalogue 2016

Téléchargement