Sud Ouest

« Les Quichottes » au coeur du
désert démographique ibérique

Le journaliste espagnol Paco Cerdà s’est intéressé
à la désertification des campagnes ibériques

 

« Un non-lieu ; dans un nontemps. » C’est ainsi que Paco Cerdà qualifie les terres d’Espagne qu’il a parcourues avant de rédiger « Los Ultimos ». Publié en 2017, ce livre se retrouve aujourd’hui traduit en français, par Marielle Leroy, et édité à La Contre Allée. Voyage dans les « ténèbres espagnoles » – selon l’écrivain Julio Llamazares – le périple du journaliste, long de 2 500 kilomètres, permet de découvrir l’un des plus grands déserts démographiques d’Europe. Avec une densité de 7,34 habitants au km2, les 65 000 km2de ce territoire au sud-est de Madrid – 13 % de la superficie du pays – s’étendent sur cinq communautés espagnoles, dix provinces et 1 355 municipalités. Face à ce ratio, équivalent à celui de la Laponie, Paco Cerdà s’est intéressé aux derniers humains à vivre dans ce désert ibère. Leurs témoignages disent toute la problématique de la désertification des campagnes, ces « zones en extinction » confrontées depuis des lustres à un exode vers des villes devenues mégapoles. L’auteur, lui, chemine aux côtés de grands noms des lettres, pour faire de ces espaces de solitude un récit aux échos littéraires nombreux : d’Antonio Machado à Gabriel García Márquez.
Benjamin Ferret 

Téléchargement