Yoko Tawada

Itinéraire

Yoko Tawada vit en Allemagne depuis 1982, et s'est installée à Berlin en 2006. Elle a étudié la littérature à Tokyo à l'université de Waseda d'où elle est originaire, à Hambourg et à Zurich. Elle est l'auteure de pièces de théâtre, poèmes, essais et de nombreux romans dont sept sont traduits aux éditions Verdier. En 2016, elle reçoit le Prix Kleist en Allemagne pour l'ensemble de son oeuvre. 

Inventaire

Romans et nouvelles

Narrateurs sans âmes (Erzähler ohne Seelen), traduit de l'allemand par Bernard Banoun (2001), Verdier.

Opium pour Ovide (Opium für Ovid), traduit de l'allemand par Bernard Banoun (2002), Verdier.

L'Œil nu (Das nackte Auge), traduit de l'allemand par Bernard Banoun (2005), Verdier.

Train de nuit avec suspects, traduit du japonais par Ryoko Sekiguchi et Bernard Banoun (2005), Verdier.

Le Voyage à Bordeaux (Schwager in Bordeaux), traduit de l'allemand par Bernard Banoun (2009), Verdier.

Histoire de Knut (Etüden im Schnee, 2014), traduit de l'allemand par Bernard Banoun (2016), Verdier.

Sommeil d'Europe, traduit de l'allemand par Bernard Banoun (2018), La Contre Allée.

 

Essais

Journal des jours tremblants. Après Fukushima, précédé de Leçons de poétique, traduit de l'allemand par Bernard Banoun et du japonais par Cécile Sakai (2012), Verdier.

« Le Mari était un chien » (犬婿入り), traduit du japonais par J. Campignon, Littérature japonaise d'aujourd'hui n°19.

« Où commence l'Europe ? », traduit de l'allemand par F. Barthélémy, LITTÉRall n°7.

« La Bivalve », traduit de l'allemand par Bernard Banoun, Passage n°3.

« Lecture dans un train de banlieue », traduit de l'allemand par Bernard Banoun, Scherzo.

« Musique des lettres », traduit de l'allemand par Bernard Banoun, Passage n°2.

« L'Impôt-pilosité », traduit de l'allemand par Bernard Banoun, Passage n°3.

« Miroir », traduit de l'allemand par Bernard Banoun, Passage n°3.

À la Contre Allée

Téléchargement

Contributions Vous pouvez enrichir le fonds de ressources en nous envoyant tout document