Gens du Huit mai

 

« J’ai tourné. Il n’y avait plus rien. Juste une lande de macadam. »

 

Avertissement sans frais. L’idée était simple. Un territoire, comme disent les urbanistes et les sociologues, des gens qui y vivent, et des choses qui changent. Pas de petites choses, non, carrément des bouts d’histoire. Déconstruire (pas démolir) reconstruire. Et moi qui m’y balade. J’écoute, je parle, je demande si je peux garder mémoire de tout ce que l’on me dit : le sombre et le rose, la terrasse ensoleillée du café et les portes tachées de sang, le jardin d’Eden et le Bronx. La joie de partir surtout. La tristesse de partir surtout. Place du 8 mai, Bloc Havret, Commune de Paris. Les rues qui y conduisent. Je fais le cahier intime des habitants, ce petit journal tenu dans nos adolescences et que l’on cachait en un endroit secret pour que personne ne le trouve. Tout y est vrai. Même les illusions. Ne cherchez pas, j’ai changé tous les prénoms.

Jean-François Pocentek

Genre
Collection

Jean-François Pocentek

Originaire de Valenciennes, Jean-François Pocentek est enseignant. Il a choisi de travailler auprès d’adultes en formation, et notamment avec des personnes handicapées. Depuis 1992, il a écrit une quinzaine de romans et anime également des projets collectifs d’écriture.

À la demande de la médiathèque d’Aulnoye-Aymeries, un travail de mémoire a été mené par Jean-François Pocentek sur un quartier en pleine mutation. Il en a tiré son roman Gens du huit mai.

Sur internet

 

Un montage de 10mns réalisé par la radio Canal FM, fait de lectures et d'entretiens autour de ce quartier d'une ville du Nord voué à la démolition. Pour écouter l'émission, cliquer ici

Téléchargement