Les libraires en parlent

← Assommons les poètes !

Furet du Nord

Un coup de coeur de libraire au Furet du Nord de Lille

« Subtile réflexion sur la place de la poésie dans notre société actuelle… Il est temps de se centrer sur l’essentiel, n’est-ce pas? Entrez donc en résistance avec Sophie G. Lucas, cela fait tellement de bien !!! »

Librairie Les Biens-Aimés

Assommons les poètes ! de Sophie G. Lucas

Rentrée hiver/printemps 2018

Assommons les poètes !  est un clin d’oeil à Baudelaire et à son poème Assommons les pauvres !  Parce que la place de la poésie contemporaine dans le paysage littéraire en France est pauvre, alors que paradoxalement, elle est si vivante, si riche, si remuante. Mais en marge.

Etre poète, c’est emprunter un chemin qui ne nous mènerait nulle part : ni reconnaissance matérielle ni reconnaissance sociale. Mais on s’en fiche. C’est plus fort que nous. On y va. Et plus qu’écrire, c’est une manière de vivre, d’être au monde, de ne pas trouver sa place, parce que toujours inconfortable. Ecrire de la poésie de nos jours, est une forme de résistance. Tout comme s’assumer comme poète, ce que l’on met du temps à dire, comme si on usurpait une place, où que l’on portait un vêtement trop grand.

Sophie G. Lucas

« Un texte délicat, drôle et intelligent sur la « position » de poète de nos jours en France. Quel plaisir de retrouver l’humilité et le talent d’écriture de Sophie. G. Lucas ! Il y a de l’humour et de l’intelligence, le tout est finement dosé, finement écrit, finement pensé. On est fan ! »

Géraldine, librairie chez Les Biens-Aimés

Lire directement sur le site, ici.

Librairie Coiffard

Conseillé par Stéphanie de la Librairie Coiffard

« Quelque chose me trotte dans la tête depuis que j’ai fini « Assommons les poètes« , et « Témoin« , lu dans la foulée. Pourquoi le métier de poète-reporter n’existe-t-il pas partout en France, partout dans le monde? Les poètes devraient être universellement reconnus. Ils seraient nos hérauts, peut-être même nos héros.

La parole de Sophie G. Lucas est indispensable. Implacable, engagée, résistante, cette femme a des yeux, des oreilles ; les sens à l’affût (même celui de l’humour), elle nous dit avec ses mots. Elle nous réveille, elle nous éveille.

« Assommons les poètes« , clin d’oeil à Baudelaire et à son poème « Assommons les pauvres » est à mettre en toutes les mains, à glisser dans toutes les poches, à conserver dans toutes les bibliothèques! »

Pour lire l’article directement sur le site, c’est ici.