Les libraires en parlent

← Border la bête

Librairie La Carline

Il y a dans ce roman une grâce et une intensité que l’on retrouve peu souvent. Et lorsque le miracle opère, c’est une invitatin à se plonger corps et âme dans un univers, en l’occurrence une forêt, aux côtés de personnages que Lune Vuillemin revêt d’une épaisseur et d’une humanité rares.
Ce roman est un condensé de poésie, d’attention protée à l’autre et à la nature en particulier, une merveille de justesse, habitée par un vivant omniprésent, incarné et envoûtant.

Librairie Café Menta (Ossès)

🌳🍁[S’IL NE DEVAIT EN RESTER QU’UN]🌳🍁

BORDER LA BETE, Lune Vuillemin, @la_contre_allee

« Border la bête », c’est une histoire de rencontres.

Celles de la narratrice avec un élan, une rivière, deux humains abîmés, la nuit, ses peurs, elle-même… Difficile de mettre des mots encore une fois sur ce roman court si puissant ! L’écriture brute et organique comme la nature (parfois poétique et belle et parfois cruelle et brutale) m’a coupé le souffle !

J’ai aimé ce livre passionnément, j’ai laissé chaque phrase infuser doucement et je me suis laissée embarquer dans cette plongée au plus proche de la nature.

Je vous conseille de l’emporter avec vous dans vos aventures, de le lire dehors en pleine immersion et enfin, d’aller bivouaquer dans une forêt. Vous verrez, ça changera votre rapport au monde (au moins!).

Céline, Librairie Les Yeux qui pétillent

Ce livre est une véritable ode à la beauté. La beauté de la nature mais aussi celle de l’écriture. L’écriture envoûtante de Lune Vuillemin nous fait sentir, ressentir, entendre et aimer ce qu’on ne voit pas mais qui prend vie sous sa plume. Elle nous invite à renouer une relation intime avec la nature qui nous entoure et à vivre en harmonie avec elle. 

Pour découvrir le coup de coeur en vidéo https://www.instagram.com/reel/C7EQonJKSuO/?utm_source=ig_web_copy_link&igsh=MzRlODBiNWFlZA==

Librairie La fleur qui pousse à l’intérieur, Audrey (Dijon)

À la place de la chaleur d’un soleil de printemps qui s’est décidément fait la malle, lisez plutôt Border la bête de Lune Vuillemin qui vous apportera bien plus de lumière, de joie, d’apaisement et de force !

Rencontrant par hasard Arden et Jeff lors du sauvetage d’une orignale, la narratrice décide, touchée par la force et la ferveur qui les animent, de rester vivre auprès d’elleux, dans le refuge dont iels s’occupent jour et nuit.

Partageant leur rude quotidien, elle se retrouve immergée au cœur de la forêt où les êtres humains et non-humains tentent de cohabiter. Au fil des saisons qui défilent, des gestes et lieux qui lui deviennent familiers, elle fait de la forêt un véritable refuge, tissant de puissants liens avec les êtres qui l’entourent, affûtant ses sens et se réconciliant avec les fantômes qui la hantent.

Porté par un souffle poétique, Border la bête est le deuxième roman de Lune Vuillemin. Jeune poétesse, elle nous livre ici un texte onirique d’une grande sensibilité où prendre soin des autres c’est se réparer soi-même.

Bref, Border la bête de Lune Vuillemin c’est le coup de cœur absolu d’Audrey et pour celles et ceux ont été tout autant ébloui par l’écriture et l’histoire sachez que Lune Vuillemin sera des nôtres le mercredi 19 juin à 19h !

Librairie Gibert (Poitiers)

💚 Coup de coeur littérature 💚

« Border la bête » de Lune Vuillemin aux Editions La Contre Allée est une véritable ode à la Nature et aux êtres vivants qui la peuple. Dans la forêt canadienne, quelques hommes et femmes s’engagent pour secourir les animaux blessés. A travers la découverte de ce lieu-refuge par une jeune femme en quête d’un nouvel ancrage, Lune Vuillemin nous donne à ressentir les sons et les odeurs de la forêt et à partager les émotions des personnages avec une grande poésie.

Librairie La Procure (Lille)

🩵 Border la bête 🩵
Lune Vuillemin
@la_contre_allee
19€

#envoutant
#poétique
#immersif
#refuge
#animauxblesses
#ensauvagé
#magnétique

« M’accorder au mouvement du matin, danser cette volte, parodier la neige. »

Quelques mots suffisent à percevoir l’infinie poésie de ce texte envoûtant, gracieux et intense.
Une écriture ensauvagée absolument magnétique, une « errance littéraire réparatrice », au cœur d’un refuge qui accueille les animaux sauvages blessés.

Immense coup de cœur !!!

Amélie, Librairie Polinoise (Poligny)

Le coup de cœur du mardi, par Amélie!

🦌Une jeune femme au passé douloureux et en fuite avec un étonnant bagage, croise le chemin de Jeff et Arden qui recueillent et soignent des animaux sauvage dans une forêt au bord d’un lac au Canada.

🦌Chacun de ces personnages tente de composer avec ses propres fêlures et cherche à sa manière une forme d’équilibre dans cette nature vivante et sauvage.

🦌Un roman d’une toute jeune autrice dont l’audace narrative, l’écriture d’une délicatesse tout elliptique mais formidablement évocatrice, et la force poétique nous saisissent immédiatement.

Librairie La Compagnie des Livres (Vernon)

● Coup de 💙

Des rencontres. Celle d’Arden et Jeff. Celle des paysages. Celle des bêtes sauvages.

Des identités. Fortes. Passionnées. Silencieuses.

Une introspection. Sensible. Brute. Profonde.

Un très beau roman à la plume délicate qui m’est au même niveau l’humain et le non humain. Une ode à la nature, à l’ouverture de soi, à l’empathie, à la modestie aussi.

Librairie Boucan (Pont-Aven)

Désolée la pile des autres livres qui font la queue patiemment à différents endroits de la maison mais Border la bête vous a doublés et va désormais occuper une place bien particulière dans ma vie.

Quel culot d’essayer de rédiger un petit texte au style médiocre et forcément ridicule après cette lecture.
Et pardon d’emblée pour les adjectifs galvaudés de libraires : envoûtant, bouleversant, spontant (les finistériens comprendront) (!!!)

J’ai donc été réellement envoûtée, transportée, emportée dans un voyage glacial, brûlant, tranchant au cœur de la forêt, dans un pick-up transportant une orignale au seuil de la mort en moins de deux pages d’une lecture débutée à minuit et terminée à 3 heures du mat dans un drôle d’état. Des larmes retenues (ou pas) au fil des pages. Des pensées incroyablement profondes pour ma mère ou B.ou N.ou A., ces personnes qui regardent la nature dans les yeux et l’écoutent avec leur nombril où, je le sais maintenant, des coccinelles se cachent peut-être. J’ai compris la lumière ambrée que Lune Vuillemin porte à nos regards par ses phrases magiques. Dans ce monde (le nôtre, hein, rien d’ésotérique ici) les arbres et les escaliers ont des bras, le cœur des bêtes sauvages nous oblige à écouter le nôtre, des hommes et des femmes se protègent et s’aiment et n’existent pas plus que le froid qui cogne ou les pierres de la rivière.

Mais qui es-tu, Lune V. ? Comment sais-tu si jeune faire des livres pareils ? Merci pour l’émerveillement et l’éveil.
Les livres empilés en attente devront s’empoussiérer un peu avant que je me remette. Mais en vrai, je n’ai aucune envie de m’en remettre.

Border la bête, Lune Vuillemin, Editions La Contre Allée.

Séverine, Librairie Volte Pages (Olivet)

« Border la bête » est un texte poétique, sur la nature humaine, le rapport au vivant, la quête de soi. 

Librairie HAB (Nantes)

🪵Encore un peu de neige et d’odeur de bois mouillé

Le nouveau roman de Lune Vuillemin est une rencontre chaleureuse dont la poésie borde et émeut. Le récit prend racine au sein d’une forêt enneigée. Une jeune brasseuse de houblon fait la rencontre de Jeff et Arden, en plein sauvetage d’une orignale. C’est ainsi qu’elle trouve refuge dans un lieu dédié aux soins pour animaux sauvages. Là-bas elle y apprivoise ses fêlures en même temps qu’elle soigne renards, coyotes et autres bêtes.

C’est aussi l’occasion pour elle de passer de longues heures dans la forêt, d’abord les yeux bandés, pour développer ce qu’elle appelle son « herbier sonore ». Se dessine alors au fur et à mesure du roman une cartographie sensorielle et émotionnelle de la narratrice. Elle arpentera ses désirs fauves, son magnétisme pour elle, les tumultes de Babine et l’intraitable cycle de la vie.

Ce roman étonne tant il frôle parfois l’onirisme. Il nous ramène aussi les deux pieds sur terre en nous rappelant que l’être humain, lorsqu’il ne se fait pas envahisseur, à tout à apprendre de la nature dont il fait partie.

Une lecture qui saura ravir les lecteur•ices avides de nature writing et de contemplation, en quête d’un peu de douceur avant le retour des beaux jours.

Librairie Le Tracteur Savant (St Antonin Noble Val)

Coup de tracteur 💚💚💚🚜

Un texte magnétique rempli de sensations où tout est matière, poésie et lien au vivant (lien au mort, aussi).

L’histoire d’une brasseuse de houblon qui apprendra panser ses blessures et à trouver sa place grâce aux êtres vivants qu’elle rencontrera dans le refuge pour la faune sauvage tenu par Arden et Jeff.

Une lecture marquante qui laisse pour longtemps l’écho de la rivière, Babine, laquelle coule au creux d’une forêt dense de l’Ontario.

Alice, Librairie la Boîte de Pandore (Lons-le-Saunier) 

Jean, Librairie Les Sauvages (Marseille)

« Une des plus belles choses qu’il m’ait été permis de lire. Tout ce qu’on aime ici dans la littérature, une langue dingue, des fulgurances littéraires, et le tout reste pourtant très facile à lire. Une jeune femme arrive dans une forêt glaciale pour assister un couple étrange et fascinant en train de sauver une orignale. Pour elle, c’est l’occasion de se reconnecter avec la nature et le vivant. C’est prodigieux.»

https://www.babelio.com/article/2607/6-livres-sur-le-vivant-recommandes-par-la-librairi

Marie, Librairie Olympique (Bordeaux)

Border la bête, deuxième roman de Lune Vuillemin, éditions @la_contre_allee publié en 2024. Dans ce roman, nous traversons des âmes et des chemins de vies. La narratrice se retrouve en pleine hiver dans un refuge pour animaux sauvages avec à ses côtés deux personnages forts Jeff et Arden. Dans ce lieu sans localisation précise elle va tenter de se rapprocher d’elle-même. Les regards posés sur les choses, les oreilles attentives, les gestes précis et les paroles simples, sincères et empreintes de beauté me touchent profondément dans ce livre. ⭐️ Une très belle lecture. Un coup de cœur. ❤️

Caroline, Librairie Escapade.s (Crest)

Un texte immersif, d’une poésie charnelle. Dès la première scène, le sauvetage d’une orignale au bord d’un lac gelé, nous sommes touchés au coeur. Impossible de lâcher. Et c’est pourquoi la narratrice choisit de rester avec Arden, la femme aux mains araignées, et Jeff, l’homme à l’oeil de verre. Dans leur refuge, au cœur d’une nature marquée par les saisons, elle apprivoise ses propres fêlures tout en apprenant à soigner les bêtes sauvages.

Cette lecture, c’est comme s’offrir une balade en forêt. Le récit sensoriel et intime nous transporte dans une écoute et une proximité sensible des arbres, des animaux, de la rivière, des autres dans leur vulnérabilité. C’est une expérience incroyable que de ressentir les éléments en lisant. C’est le cadeau que nous fait Lune Vuillemin dans ce livre, et c’est une pure merveille !

Manon, Librairie Le Furet du Nord (Lille)

Adrien et Jeff s’occupent tous les deux d’un refuge pour animaux. La narratrice de ce joli roman va les rencontrer et décider de rester avec eux. La nature va avoir une place très importante pour elle et la cohabitation avec les animaux va lui être essentielle. C’est le genre de roman qui envoûte par le calme et le silence ainsi que l’évocation des paysages et de la nature. Une très belle écriture !!

Bertrand, Librairie le Biglemoi (Lille)

Border la bête, c’est l’histoire d’une reconstruction au milieu de la forêt et des animaux. Ce sont trois personnages en marge de la société qui nous emmènent découvrir la langue et le pouvoir salvateur de la forêt. C’est une belle lecture en nature writing et poésie.

Guillaume, Librairie Fracas (Lorient)

Vous prendrez bien une bonne dose de douceur ? Le second roman de Lune Vuillemin est arrivé chez la Contre Allée durant le mois de Janvier et il nous a mis du baume au cœur. « Border la bête » nous parle du vivant que l’on soigne, du vivant dans lequel nous cherchons notre place, et celui que nous contemplons, aux aguets, avec respect et déférence. Inspirée de la vie de son autrice, l’action se déroule au sein d’un espace de soin pour animaux sauvages et cultive les instants suspendus qui laissent la rencontre entre les Êtres se faire, humains comme non-humains. Ce second roman est pétri d’une subtile poésie et porte un regard chaleureux sur ses protagonistes. Pas besoin d’étaler plus la confiture sur la tartine : « Border la bête » nous a fait un bien fou et fait vibrer en nous la corde d’une certaine contemplation poétique et imagée, comme pour réenchanter le monde, jusque la neige sur les branches basses des arbres solitaires. Si vous cherchez un refuge au sein de l’hiver, « Border la bête » vous accueillera comme il se doit.

Emma, Librairie Le Bleuet

Aborder le roman de Lune Vuillemin est comme entrer dans une forêt pleine de grâce. Sentir la glace, crépitée, sous nos pas glissants. Caresser le lichen frais de la rosée du point du jour. Entendre les mésanges, les biches et les renards s’agiter avec agilité. Par l’excellence de son écriture, Lune Vuillemin, avive nos sens et provoque un plaisir de lecture indicible. Une auteure prometteuse.

https://www.lebleuet.fr/livre/9782376651338-border-la-bete-lune-vuillemin/

Maggy, Librairie Mots & Merveilles (Saint-Omer)

Comment vous parler d’un ouvrage qui vous tient éveillé au milieu de la nuit, et que même une fois terminé, il vous reste en tête jusqu’à l’endormissement.

Au coeur d’une nature luxuriante, cruelle et vivante, la narratrice échoue là, un peu par hasard avec juste un sac à dos, lourd du passé. S’habituer au froid mordant de l’hiver, au mauvais café, aux animaux blessés et craintifs qu’il faut lentement apprivoiser. La langue, poétique, coule comme la Babine à toute heure du jour, et nous emporte loin entre les arbres et les secrets sous les écorces. « Border la bête » de Lune Vuillemin, publié au Editions La Contre Allée, est un roman puissant, sorte de Nature Writing, où la nature semble questionner l’Homme afin de le replacer au centre de lui-même. Une lecture magnifique emprunte de poésie.

Aurélie, La Carline (Forcalquier)

Il y a dans ce roman une grâce et une intensité que l’on retrouve peu souvent. Et lorsque le miracle opère, c’est une invitation à se plonger corps et âme dans un univers, en l’occurence une forêt, aux côtés de personnages que Lune Vuillemin revêt d’une épaisseur et d’une humanité rares. Ce roman est un condensé de poésie, d’attention portée à l’autre et à la nature en particulier, une merveille de justesse, habitée par un vivant omniprésent, incarné et envoûtant.

Fanny, Librairie Curieuse (Saint Briac sur mer)

« Border la bête » ou s’enfouir en forêt boréale, « Border la bête » et se laisser aller à une plume ensauvagée, « Border la bête » et faire partie d’un petit élément tangible au sein d’une vaste nature fragile.

Lune Vuillemin nous trace un chemin fait de découvertes, d’ornières, de passage à gué, d’animaux blessés, d’arrogance, de deuil, de forces en présence, de sensualité.

Quand tu la lis, tu as l’impression d’être immergé-e dans un espace où l’humain est modelé par la forêt. Pour une fois que l’inverse se tait.

Le roman commence par une chute, celle d’une orignale dans l’eau glacée d’un lac. Un homme et une femme vont tenter de la secourir, tout comme ils vont secourir, d’une certaine manière, celle qui nous raconte cette histoire.

Arden et Jeff soignent les animaux blessés, font leur part, évoluent dans un territoire pour y célébrer chaque interstice de vie forestière, en adéquation totale avec celles et ceux qui y vivent : le sapin baumier, la rivière, les coyotes, les poissons, les mésanges, le mélèze géant, les dindons sauvages, cette richesse qui n’est pas infinie, ce monde là dont Lune Vuillemin nous donne à ressentir les palpitations, êtres à part entière.

« Dehors, il pleut. Pour la première fois depuis que je suis ici. Je sors sur le chemin recouvert d’une couche de glace qui craquelle dans cette chaleur liquide de courte durée. Je reste un moment sous un sapin baumier qui se dresse à côté de la grange. Je suis assez petite pour trouver refuge sous ses bras. La pluie me fait un bien fou, les gouttes qui glissent sans éclater dans les aiguilles de l’arbre me tombent sur le front et les joues. Je n’aurais jamais cru recevoir une telle tendresse de la part d’un arbre et de la pluie. (…) « 

La nature est source du vivant et l’humain s’y inscrit de manière passagère, « Border la bête » c’est prendre soin d’un Grand Tout et calmer la colère, la temporalité y est différente, plus lente et résiliente.

Voici un roman mordant, poétique, enivrant🌲

Romain, Librairie Danaïde (Aix-Les-Bains)

« Des images marquantes, une écriture saisissante. Ce froid blanc qui englace. Les paysages de forêt au cœur, et la nature, ce dehors qui dialogue avec nos en-dedans. Lune Vuillemin écrit des livres remarquables, gonflés d’espaces et de réflexions, portés par un univers singulier, une langue qui semble vouloir donner la juste mesure de notre rapport à la nature. Comment recevoir le paysage, quelle est notre place en lui ? Ainsi des personnes que l’on rencontre. »

Ariane, Librairie Tulitu (Bruxelles)

Border la bête est le roman de Lune Vuillemin édité par nos amis des Editions La Contre Allée. Si vous avez aimé encabanée de Gabrielle Filtau-Chiba, vous allez adorer Border la bête qui se passe dans une forêt du grand Nord. 😍 

Librairie Bookstore (Biarritz)

La narratrice est à la dérive, suite à la perte d’un être cher. Elle échoue chez Arden, qui tient un refuge pour animaux et pour qui elle va travailler. Le pays rugueux, le monde animal sans pitié, la forêt sauvage vont devenir des sources de force pour se relever. Et puis il y a Arden, femme arbre contre lequel se soutenir, qui danse avec les coyotes et a des mains araignées.

Un roman fort, intense sur la frugalité, l’amour de la terre et de la nature, la façon dont le passé nous hante et dont le présent peut nous occuper. Une histoire qui parle de deuil, de passion, de colère, de poésie et d’amour. « Border la bête », aussi bien une orignale qu’une amante, une fureur ou nous-mêmes.

Un beau coup de cœur pour ce roman qui fleure bon la neige, l’écorce et le foin.

Juliette, Librairie Le Passeur (Bordeaux)

Une rencontre inattendue entre deux femmes qui ont fui leur passé et une balade au coeur d’une nature qui prend vie, à la frontière du rêve et de la réalité… Voilà la promesse que nous fait Lune Vuillemin.

Frédéric, Librairie Durance (Nantes)

​​Plein de belles choses cette semaine… A commencer par Border la bête de Lune Vuillemin chez les Editions La Contre Allée… Un récit splendide sur ce (ceux?) qui nous hante et nous empêche de respirer, de vivre. La jeune narratrice du roman est en route, des cendres dans le sac, et fait étape dans un refuge pour animaux sauvages où elle va trouver répit, sens, amitié et amour. Une boule, sans cesse, gonfle dans sa gorges, un poids. Elle va trouver, elle aussi, refuge auprès d’Arden et Jeff, malgré l’angoisse, malgré les rêves oppressants. C’est une quête de sens que nous propose l’auteure, vers des conversations avec les plantes, les animaux, l’obscurité. C’est aussi une écoute attentive à la nature et à ses souffles, à la rivière Babine qui discute sans cesse, qui gronde aussi et qui avertit. Un très beau livre à lire avec les oreilles grandes ouvertes. 

Virginie, Librairie Forum du livre (Rennes)

Aujourd’hui, coup de cœur de cette rentrée littéraire d’hiver par Virginie pour « Border la bête » de Lune Vuillemin aux Editions La Contre Allée

Tout commence par la rencontre avec Arden et Jeff – une femme imposante aux mains agiles comme des araignées et un homme au regard de verre – alors qu’ils tentent de sauver une orignale sur les rives d’un lac gelé en Ontario, au Canada. Profondément marquée par cette expérience, la narratrice décide de les accompagner et de demeurer avec eux dans le refuge où ils prennent soin des animaux blessés.

Virginie aime… passionnément

https://www.instagram.com/p/C29cMfPtcyT/?utm_source=ig_web_copy_link&igsh=MzRlODBiNWFlZA==

Librairie Les Déferlantes (Morlaix)

Je crois que je n’avais rien lu d’aussi beau depuis longtemps…

Malgré les pages que j’avale quotidiennement, j’arrive à garder ce sentiment d’émerveillement pur qui font que je ne me lasse jamais.

Chaque mot est une caresse, chaque phrase vous emporte tout entier.e

Poésie humaine, sauvage et végétale.

Il y a du Gabrielle Filteau Chiba

Il y a du Lou Darsan

Il y a du Claudie Hunzinger…

Merci @la_contre_allee pour ce texte sensible et touchant

Merci à Lune Vuillemin de nous ouvrir grand les portes de son univers merveilleux 🐾

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3Dpfbid02a8CqpNLp5bwNjNQEges3jAvAaA9H3W7GB1QqUiBYTsCMXAvYyADuqpqpSMFPwdrcl%26id%3D100063802672602&show_text=false&width=500

Librairie Les Mots à la Bouche (Paris)

Border la bête est un récit incroyablement sensible. Un roman (une expérience !) qui nous dit dans un même courant : l’hiver, le refuge, les soins aux animaux blessés et les sens attentifs, l’amitié qui se noue et le désir brûlant pour le corps d’une autre femme… la fuite et la perte, aussi. La forêt, surtout.

🌲Ce roman de Lune Vuillemin vient de paraître aux Editions de La Contre Allée et c’est un véritable coup de cœur !

Librairie Le chien qui louche (Rochefort-Montagne)

Tout commence par une rencontre. Un homme, deux femmes, une orignale à sauver. Le froid mordant, un lac gelé, la forêt.

Un récit onirique, contemplatif, qui aborde le deuil, la reconstruction, le respect du vivant.

Ce roman est un poème, puissant de vulnérabilité, dans lequel les forces de la Nature recueillent et apaisent les âmes brisées.

Laurent, Librairie du Délit (Paris)

Border la bête est un roman coup de poing remettant l’homme à sa place dans la nature, dont il fait partie intégrante. Le personnage principal de l’histoire est finalement la nature elle même, qu’elle soit végétale ou animale. Lune Vuillemin nous offre là un texte magistral, lumineux et poétique !

Librairie Les Sauvages (Marseille)

Une écriture absolument sublime, sidérante de beauté. Une puissance évocatrice incroyable, d’une terrible et magnifique sensualité. 2ème roman d’une autrice à suivre de très près, un texte que vous serez pas prêts d’oublier.

Faustine, Librairie La Géothèque (Nantes)

Tout commence par une originale qu’Arden et Jeff essaient de sauver du piège de la glace. La narratrice de ce livre arrive pour les aider. Elle va rester plusieurs semaines dans cette arche de Noé pour animaux sauvages. Ici, la forêt, la rivière, les bêtes, les Hommes semblent communier dans une même langue. Arden, aux mains en pattes d’araignées, femme mystérieuse séduit notre narratrice. Dans ce livre, tous les sens de la Nature et de notre nature sont mis en exergue. C’est puissant, c’est sauvage, c’est charnel. L’autrice a réussi, ici, à nous mettre dans la peau de celles et ceux qui vivent en osmose avec un monde qui semble originel.

https://lageothequelibrairie.com/article/23035686/commentaires/#97344

Sarah, Librairie La Voix aux Chapitres (Lyon)

Pour les fans de Bérangère Cournut et de « Croire aux fauves ».

En voulant sauver une orignale de la noyade, la narratrice fait la rencontre d’Arden et Jeff, deux humain.e.s qui tiennent un refuge pour bêtes sauvages blessées. Chacun.e tente de guérir ses blessures intimes, de dompter les fantômes du passé au milieu de la forêt immense. Un texte poétique qui décentre l’humain pour lui rendre son humble place au milieu de l’écosystème.

Johanna, Librairie Tours et détours (Thélus)

Roman peuplé de présences multiples – faune, flore, souvenirs, êtres chers et disparus -, « Border la bête » se révèle emprunt d’onirisme. La lumière et les éléments y sont littéralement incarné.es, comme des personnages à part entière.

D’abord il y a la rencontre avec Arden et Jeff- cette grande dame aux mains d’araignées et cet homme a l’œil de verre -, alors qu’ils tentent de sauver une originale sur les berges d’un lac gelé de l’Ontario, au Canada. Touchée par cette rencontre, notre narratrice décide de les suivre et de rester avec eux dans le refuge dont ils s’occupent, soignants les animaux blessés.

Trois personnages au plus proche de la vulnérabilité du monde sauvage, se mêlant à la terre, à la neige. Des caractères forgés par l’existence, avec leurs propres fêlures et qui tentent d’exister simplement… Un roman carrément magnétique, idéale comme lecture en ce moment… on aimerait rester là bas. 

Delphine, Librairie Mots & Merveilles (Gignac)

❤️Gros coup de cœur pour « Border la bête »❤️ celle qui se meut en nous, celle qui, insaisissable, résiste, déborde, chahute l’équilibre humain…

En route vers l’océan pour y noyer son chagrin, une jeune femme croise le chemin d’une orignale, de Jeff et Arden, de leur refuge pour animaux sauvages. Elle reste. C’est l’hiver, la forêt bruisse, une parenthèse s’ouvre pour soigner les blessures, celles des humains et celles des bêtes.

Il s’agit ici de trouver sa juste place, d’apprivoiser ses sensations, émotions, sentiments. Apprendre à écouter, se retrouver, réparer, désirer et aussi savoir s’éloigner, s’effacer…

Les mots de Lune Vuillemin sonnent juste, touchent profondément, exacerbent notre perception du monde, lui restituent son indéfectible part de mystère. Ce torrent de beauté pourrait bien emporter nos velléités de domination sur la planète. Puissant !

Cécile, Librairie La Machine à Lire (Bordeaux)

Bien souvent la rentrée littéraire de janvier abonde en pépites !

Border la bête de Lune Vuillemin est un roman hors du temps, hors des sentiers battus..

Quand une femme cherche à fuir, à oublier l’indicible, les fêlures, à s’oublier, afin de laisser de côté toute forme de colère, en trouvant refuge au sein d’un monde hors du temps…

Un magnifique et bouleversant hymne à la nature, au sein de laquelle humains et non-humains cohabitent, et tentent de panser les plaies de chacun…

« Tout me rappelle combien le sol sous nos pieds est si fragile… Il n’y a pas que les originaux qui meurent au matin ».

Librairie La Marge (Haguenaud)

Que fuit la narratrice lorsqu’elle trouve refuge, comme par erreur, dans un lieu hors du temps humain ? Elle semble chercher à s’y oublier, s’y plie sans rechigner au rythme de la forêt, aux caprices de la rivière, et cherche à comprendre ce langage de sons, de silences et de lumière propre au monde sauvage dans une nature qui se fait l’écho de ce qu’elle n’exprime pas : deuil, désir, colère, … Des émotions parfois contradictoires qu’elle apprend à apprivoiser telles les bêtes qu’elle borde chaque jour.

Un hymne à la nature, à ceux qui ont besoin de se perdre dabons quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes pour mieux s’y retrouver et à ces vies entre parenthèses qui existent sans bruit.

Dorian, Librairie du Musée de la Chasse et de la Nature

Ce texte est vraiment puissant, très rigoureux, extrêmement sensible. Chaque parcelle d’écriture effleure les territoires habités ou traversés qu’ils soient animaux, géologiques, paysagers, avec une précision infinie, une juste rudesse mais également avec une beauté qui confine au merveilleux (avec tout ce que le merveilleux implique aussi d’inquiétant).

Lise, Librairie Le Grain des Mots (Montpellier)

Un magnifique titre qui touche en plein cœur. Une écriture étrange et sensuelle qui nous aspire complètement. Une langue qui fait entendre le chaos intérieur et la paix que l’on peut trouver en cherchant à se lier à l’extérieur. C’est l’histoire d’une reconstruction au milieu de la forêt, dans un refuge pour animaux sauvages. Un livre marquant, une autrice à suivre.

Pryscilla, Librairie de Fil en Page (Château-Arnoux)

Elle brassait de la bière en dansant et Frank a perdu le rythme. Elle a voulu retirer les tiques de sa fourrure et l’orignale n’a pas survécu.
C’est un roman d’amour et de mort et de mort et d’amour. Au bord des lacs, sur les berges de Babine, dans la cabane d’Arden, au cœur de l’herbier sonore qu’elle compose avec Jeff, elle cherche le sens et sa place dans toute cette nature et, d’araignée en sapin baumier (chemins de coccinelles) ce qu’elle peut faire des sentiments qu’elle éprouve pour celle qui danse avec les coyotes, de cette lumière ambrée qui la talonne et de la bienveillance borgne qui éclaire ses pas.
L’amour, la mort, la jalousie, la colère…
Et la beauté.

Border la bête de Lune Vuillemin

Corinne, Librairie La Promenade au Phare

Tout n’est que matière dans ce roman d’une poésie époustouflante, le chagrin est tourbe, les murs ont une peau. On s’enfonce dans la terre, la mousse, l’eau. On mord l’écorce des arbres. L’humanité des animaux et l’animalité des hommes nous coupent le souffle et … Attention ! En fin de roman un bref inventaire de « ce qui est beau » émouvant aux larmes.

Librairie L’apothicaire

S’immerger, Humer, Ouïr. Fourbir ses corps & cortex par le raclement massif et onirique des éléments vivants… dans le froid… affronter ses démons, ses peurs, ses désirs. Dans le redoux, regarder l’expérience par-delà l’épaule et vivre.

Un premier roman d’une force inouïe.

Clarence, La Chouette Librairie (Lille)

Qualifier la voix de Lune Vuillemin de prometteuse relèverait de l’euphémisme. Ici, pas d’images éculées, fantasmatiques, de la nature. Une femme cherche sa trajectoire, ouvre une parenthèse et s’y love, sans retour. Ici, les souvenirs ont la texture de la lumière et le présent est peuplé de bouches, de poils, de glace et de sang. Un livre d’une rare beauté.

Sandie, Librairie Le tracteur savant

« Je suis restée magnétisée par le livre, le lieu, les personnages humains et non-humains. Les bruits de Babine résonnent encore en moi, mon corps est comme marqué par cette lecture… »