En librairie

 

Paru le 8 mars 2019

L'odeur de chlore, Irma Pelatan

"L'Odeur de chlore, c’est la réponse de l’usager au programme "Modulor" de l’architecte Le Corbusier. C’est la chronique d’un corps qui fait ses longueurs dans la piscine du Corbusier à Firminy. Le lieu est traité comme contrainte d’écriture qui, passage de bras après passage de bras, guide la remémoration. Dans ces allers-retours, propres à l’entraînement, soudain ce qui était vraiment à raconter revient : le souvenir enfoui offre brutalement son effarante profondeur.
Quelque chose de très contemporain cherche à se formuler ici : comment dit-on « l’usager » au féminin ? Comment calcule-t-on la stature de la femme du Modulor ?
Lorsque le corps idéal est conçu comme le lieu du standard, comment s’approprier son propre corps ? Comment faire naître sa voix ? Comment dégager son récit du grand récit de l’architecte ? 
J’ai cherché à traduire la langue du corps, une langue qui est toute eau et rythme. Délaissant la fiction, j’ai laissé le réel me submerger. À la « machine à habiter », je réponds avec du corps, de la chair, jusqu’à rendre visible l’invisible, jusqu’à donner une place à l’inaudible." Irma Pelatan

 

A paraitre le 19 avril 2019

 Le Nuage et la valse, Ferdinand Peroutka

traduit du tchèque par Hélène Belletto-Sussel

"L’  histoire n’  a rien d’  un récit linéaire. L’  unité est assurée par la thématique. Entre le prologue, où le lecteur fait connaissance avec un peintre raté errant par les rues de Vienne, et l’  épilogue, à la fois apaisé et inquiétant, il y a les camps, mais pas seulement.

Karel Novotný, employé de banque aisé, interné par erreur, constitue le fil directeur. Mais il n’est pas ce que l’ on appelle un personnage central, car dans ce carrousel, chacun, à un moment ou à un autre, se trouve dans le faisceau de lumière projeté par Peroutka sur les situations.

Le rythme est nerveux, la caméra bouge tout le temps, d’ un lieu à l’ autre, d’  une personne à l’ autre, offrant une vision à la fois kaléidoscopique et panoramique. Peroutka, journaliste expérimenté, livre des faits. Malgré l’ apparente sécheresse de ton, le refus de tout pathos, la volonté de distance et de neutralité, une grande émotion se dégage du récit. Comme jouant avec un élastique, Peroutka tire et relâche la tension.

Ces hommes et ces femmes ne sont pas des héros, ou alors malgré eux, sans le savoir. Ils sont simplement des humains, ils traversent la vie, ridicules, admirables, répugnants, tragiques, et l’ensemble, mine de rien, est bouleversant. C’ est la grande histoire arrachée au plus profond de la vie telle qu’  elle fut, telle qu’ elle est, cristallisée là dans le microcosme des camps." Hélène Belletto-Sussel

Ferdinand Peroutka aborde, avec Le Nuage et la valse, des thèmes rarement abordés dans la littérature concentrationnaire de la Seconde Guerre mondiale, que sont le cannibalisme et la prostitution.

 

Paru le 18 janvier 2019

Kiruna, Maylis de Kerangal

"J’ai cherché une mine comme on cherche un point de passage dans le sous-sol terrestre, un accès aux formes qui le structurent, aux matières qui le composent, aux mouvements qui l’animent, à ce qu’il recèle de trésors et de ténèbres, à ce qu’il suscite comme convoitise et précipite comme invention. Je l’ai cherchée comme on cherche la porte de cet espace inconnu sur quoi s’appuient nos existences, espace dont je ne sais s’il est vide ou plein, s’il est creusé d’alvéoles, de grottes ou de galeries, percé de tunnels ou aménagé de bunkers, s’il est habité, s’il est vivant.”  Maylis de Kerangal

Dotée d’une carte blanche dans le cadre des résidences « Mineurs d’un autre monde », Maylis de Kerangal prend un vol à destination de Kiruna et nous emmène en Laponie suédoise. Sur le mode du reportage littéraire, elle nous invite à la découverte de l’une des plus grandes exploitations minières encore en activité.

Les auteurs

 

Irma Pelatan est née quelque part sur le calcaire pelé du Causse Méjean, vers 1875. C’est cependant sous l’exact soleil de Tunisie qu’elle est morte, en 1957. Sur la carte entre les pointes du compas, s’ouvre tout l’espace de la Méditerranée, ce centre flottant – infini terrain de jeu pour sa soif d’ailleurs, pour ce fol esprit aventureux.

Irma Pelatan a beaucoup nagé. Entre 4 et 18 ans, elle fréquente deux à trois soirs par semaine la piscine du site Le Corbusier, à Firminy, dans la Loire. Cette fréquentation fonde en elle un certain rapport au corps et un certain rapport au rythme.Depuis, partout, elle poursuit la grande poétique de l’ eau.
Irma Pelatan a pris corps à nouveau – son corps – le neuf mars 2017, dans la chambre douze de l’hôpital de Vienne. Depuis, elle conquiert du terrain.

 

 

 

Ferdinand Peroutka (1895-1978) était un journaliste et écrivain tchèque. Éminent penseur politique et journaliste de la première République tchécoslovaque, Peroutka a été persécuté par le régime nazi pour ses convictions démocratiques et emprisonné au camp de concentration de Buchenwald. Dirigeant plusieurs revues, dont le magazine politique et culturel Přítomnost pour lequel il collabore avec Milena Jesenská, il écrivit aussi des essais, des romans et des pièces, dont l’une deviendra un roman : Le Nuage et la valse. En  1948,  il  s’exile  aux  États-Unis.  Durant  trente  années  passées  outre-Atlantique,  il  ne  quittera  pas  le  journalisme. Jusqu’en 1961, il travaille pour la Radio libre d’Europe, Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), fondée à New York en 1949. Le siège, à Munich, diffuse vers la Tchécoslovaquie.Ferdinand  Peroutka  est  mort  à  New  York  le  20  avril  1978.  Son  corps  a  été  ramené  plus  tard,  en  1991,  au  cimetière de Vyšehrad à Prague.
En 1995 est créé le Prix Ferdinand Pertouka, aujourd’hui considéré comme un prix prestigieux du journalisme en République tchèque.

 

 

Hélène Belletto-Sussel est traductrice de l’allemand et du tchèque. Elle a traduit des textes de Bernward Vesper, Peter Schneider, Walter Mehring, Karin Reschke, Martin Walser, Ingeborg Bachmann. Elle a également traduit du tchèque : Josef Čermák, Franz Kafka, Fables et mystifications (Presses universitaires du Septentrion, 2010) et du tchèque et de l’allemand : Milena Jesenská, Lettres de Milena 1938-1944 - de Prague à Ravensbrück (Presses universitaires du Septentrion, 2016). Elle est auteure de plusieurs essais sur la littérature allemande aux éditions Armand Colin et PUF.


Née en 1967, Maylis de Kerangal a été éditrice pour les Éditions du Baron perché et a longtemps travaillé avec Pierre Marchand aux Guides Gallimard puis à la jeunesse. Elle est, aujourd’hui, notamment membre du collectif Inculte. L’oeuvre de Maylis de Kerangal, principalement publiée aux Éditions Verticales, a été primée à de nombreuses reprises : Réparer les vivants, couronné de dix prix littéraires, Corniche Kennedy (Prix Murat-un roman français pour l’Italie), Naissance d’un pont (Prix Médicis), Tangente vers l’Est (Prix Landerneau 2012), ainsi que le Grand Prix de littérature Henri-Gal de l’Académie Française 2014 pour l’ensemble de son oeuvre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les rencontres

D'un Pays l'Autre, premier rendez-vous de l'année !


Dans le cadre de notre cycle d'événements D'un Pays l'Autre, et en collaboration avec les étudiant.e.s de Méla'Lille (Association de promotion de l'Afrique, des Africains et du vivre ensemble de Sciences Po Lille), nous accueillons le 14 mars Nathalie Carré pour un atelier de traduction de l'anglais ouvert à tou.te.s.

Il s'agit d'un atelier s'adressant à la fois aux personnes ayant déjà une pratique de la traduction et aux non-traducteurs, qui peuvent ainsi s'essayer à l'exercice, partager leur point de vue et profiter de la présence et des conseils d'une traductrice littéraire expérimentée.

Le texte choisi pour l'atelier est L’authentique Pearline Portious, de l'auteur jamaïcain Kei Miller, traduit par Nathalie Carré aux éditions Zulma.
(Pour en savoir +)


Lecture musicale de "La ballade silencieuse de Jackson C.Frank"

Le 2 mars à la médiathèque de Bellaing, Thomas Giraud, accompagné par le guitariste Stéphane Louvain, lira des extraits de son ouvrage La ballade silencieuse de Jackson C.Frank. La lecture musicale sera suivie d'une séance de dédicace avec l'auteur.


Jackson C. Frank fut un chanteur folk des années 60, compositeur d’un seul album devenu mythique, Blues Run the Game. Marqué très jeune dans sa chair par l’explosion d’une chaudière qui fit quinze morts parmi ses camarades. Il eut une vie tumultueuse : auteur d’un premier album souvent repris par les plus grands, de Simon & Garfunker à Daft Punk, il fut incapable de sortir un second disque, connut la dépression et l’oubli.

L’auteur et le musicien Stéphane Louvain proposent une lecture musicale qui emmène les auditeurs sur les traces mélancoliques et mélodieuses de ce folksinger méconnu.

Ciné-poésie avec Lucien Suel

A l'occasion du Printemps des Poètes, la médiathèque d'Auxi-le-Château accueillera, le 15 mars, Lucien Suel, pour la  projection du documentaire de Jean-Philippe Jacquemin, Le Jardin et le Poète, suivie d'une rencontre avec l'auteur.
(Pour en savoir +)
 

 

Dans l'actualité

La dernière mère

Le feuilleton de Claro dans Le Monde des Livres du 16 novembre 2018 à propos de Le Nord du Monde de Nathalie Yot

(...) Ce qu’il nous faudrait pour nous y retrouver dans cette rentrée-ruée, n’en doutons pas, c’est une boussole, une boussole un peu folle qui indiquerait non pas le nord magnétique, mais un nord plus intime, plus dangereux, aussi. Un nord qui exige de l’écrivain autre chose qu’un ersatz de savoir-faire géographique. Tournons-nous donc vers Nathalie Yot qui, avec ce premier roman intitulé Le Nord du monde, nous donne une direction pour mieux nous faire sentir les puissances de l’égarement. (Pour retrouver l'article dans son intégralité, c'est ici.)

Le signe d'un pillage présent 

Entretien avec Arno Bertina dans Le Monde du 24 novembre 2018 à propos de Des Lions comme des danseuses

Le monde de la culture est en émoi (...), à la suite de la remise au président de la République du rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain au pays d'origine, et de ses conclusions radicales - une restitution généralisée, progressive mais pérenne. cette perspective inquiète notamment tous ceux qui craignent que les plus grands musées européens se vident de leurs chefs-d'oeuvre. En 2015, l'écrivain Arno Bertina abordait la question sous un angle nouveau avec une courte fable d'anticipation intitulée Des lions comme des danseuses (La Contre Allée). (Pour retrouver l'article dans son intégralité, c'est ici.)

Rougeville de Patrick Varetz et La Contre Allée dans Le Point

A lire dans le numéro du 22 novembre 2018 

A propos de Rougeville "Un récit angoissant, où seul le narrateur n'est pas un avatar. Quoique ?"(Pour retrouver l'article dans son intégralité, c'est ici.)

La Contre Allée fête ses 10 ans. Le pavillon lillois spécialisé littérature et société affiche 75 titres. (...) Sous leur couverture bien identifiable, on lira en janvier 2019 Maylis de Kerangal et son voyage littéraire en Laponie suédoise, Kiruna(Pour retrouver l'article dans son intégralité, c'est ici.)

Focus

Thomas Giraud aux Escales de Binic



Pour cette 10ème édition du festival de littératures vagabondes, Thomas Giraud interviendra lors de la rencontre Quand l'écriture devient une aventure collective aux cotés de Yahia Belaskri,Irina Teodorescu et Carole Zalberg.

La rencontre aura lieu le dimanche 31 mars à 10h45.

+ d'infos sur le festival ici.


À venir
Dimanche 31/03/2019 - 10:45 / 11:45

Thomas Giraud aux Escales de Binic

Les escales de Binic | Binic 22520 | France

Pour cette 10ème édition du festival de littératures vagabondes, Thomas Giraud interviendra lors de la rencontre Quand l'écriture devient une aventure collective aux cotés de
Yahia Belaskri,Irina Teodorescu et Carole Zalberg.

+ d'infos sur le festival ici.

Lire la suite...