À paraître

En librairie le 17 janvier...

 

À mains nues, Amandine Dhée

« Et quand on jouit, encore faut-il jouir de la bonne façon. Car nos fantasmes nous encombrent. Ça veut dire quoi de jouir en s’imaginant pute ou salope ? Cela signe-t-il notre défaite ou notre victoire ? Vaguement trahies par nos inconscients, la faillite de nos imaginaires, nous rêvons à des fantasmes 100 % éthiques, où notre morale domine. Nous voudrions gendarmer nos désirs, être pures. Nous détestons nos recoins obscurs, comme si notre engagement politique n’était qu’une posture, et voilà, nouvelle rasade de honte. Mais dans nos fantasmes, n’est-ce pas toujours nous, les cheffes ? À force de rêver à du cul politiquement correct, on s’empêcherait presque de jouir. Quand cesserons-nous d’ avoir peur de nous-mêmes ?  »


... et le 21 février :

 

Rouge pute, Perrine Le Querrec

 

Je me tais

Ta gueule!

Il me tue

Nous nous taisons

Vous, vous vous taisez

Ils assassinent

 

 


En librairie depuis janvier

Couverture de Kiruna de Maylis de Kerangal


Couverture de l'Odeur de chlore d'Irma PelatanCouverture du Nuage et la Valse de Ferdinand PeroutkaCouverture des lions comme des danseusesCouverture de Désherbage de Sophie G. LucasCouverture de Mon fils en rose de Camilla Vivian

 

Les auteurs

Portrait de Thomas GiraudThomas Giraud est né en 1976 à Paris. Docteur en droit public, il vit et travaille à Nantes.

Depuis le bel accueil réservé à son premier roman, Elisée, avant les ruisseaux et les montagnes, Thomas Giraud contribue à Remue.net, 303, La moitié du Fourbi ou encore le Yournal. Son deuxième ouvrage, La Ballade silencieuse de Jackson C. Frank a aussi connu un beau succès, il a obtenu le Prix Climax.

Le Bruit des tuiles, paru le 21 août 2019,  est son troisième roman à La Contre Allée.

 

 

 

Portrait de Jordi SolerJordi Soler est né en 1963 près de Veracruz, au Mexique, dans une communauté d’exilés catalans fondée par son grand-père à l’issue de la guerre civile espagnole. Il a vécu à Mexico puis en Irlande avant de s’installer à Barcelone en 2005.

Il est reconnu par la critique espagnole comme une des figures littéraires importantes de sa génération. Cinq de ses livres ont été traduits en français chez Belfond puis chez 10/18.

Ce prince que je fus est paru le 20 septembre.

 

Portrait de Jean-Marie Saint-LuJean-Marie Saint-Lu est l’auteur de plus d’une centaine de traductions. Grand « passeur » d’auteurs espagnols et latino-américains (Alfredo Bryce-Echenique, Juan Marsé, Antonio Munoz Molina, Elsa Osorio, Eduardo Berti, Fernando Vallejo, Vilma Fuentes, Jordi Soler…).

 Agrégé d’espagnol, il a enseigné la littérature latino-américaine aux universités de Paris X-Nanterre, puis de Toulouse.

 

 

Portrait de Diane MeurDiane Meur est née à Bruxelles et vit à Paris depuis 1987. Ancienne élève de l’École normale supérieure et romancière, elle est également traductrice de l’anglais et de l’allemand.

Elle a notamment traduit Paul Nizon, Tariq Ali, Stefan Zweig, Tezer Özlü, Jan Assmann … Elle a égaement publié cinq romans aux éditions Sabine Wespieser.

Elle a obtenu le prix André-Gide de traduction franco-allemande pour sa traduction du livre Les Premières éditions des sentiments de Paul Nizon. Le prix Halpérine-Kaminsky Consécration lui a été décerné pour La Maison enchantée de Robert Musil.

crédit photo : S. Kandaouroff

 

Portrait de Corinna GepnerCorinna Gepner a exercé diverses fonctions avant de devenir traductrice littéraire. Germaniste, elle a traduit, entre autres, Stefan Zweig, Klaus Mann, Erich Kästner, Michael Ende, Heinrich Steinfest, Katharina Hagena, Vea Kaiser, Christian Kracht. Elle a animé sur Fréquence protestante, pendant une dizaine d’ années, une émission de radio consacrée aux littératures germanophones traduites.

Elle est actuellement présidente de l’Association des traducteurs littéraires de France.

Elle intervient en tant que formatrice à l’ École de traduction littéraire du CNL-ASFORED et dans divers cursus universitaires et professionnels.

 

Les rencontres

Rencontres avec Corinna Gepner et Diane Meur

 

Le 26 novembre à la librairie L'Arbre du voyageur, 55 rue Mouffetard, Paris 5e. Plus d'info ici.

le 30 novembre à la librairie Vocabulaire, 39 boulevard de Port-Royal, Paris 13e. Plus d'info ici.

 

 

 

 

Portrait de Thomas Giraud

28 novembre 2019: rencontre avec Thomas Giraud à la librairie la Cavale.

19h, 24 rue de la Cavalerie à Montpellier.

+ d'info ici

 

 

 

 

 

 

28 novembre 2019: rencontre avec Corinna Gepner à la librairie Olympique

18h30, rue Rode à Bordeaux.

Plus d'info ici.

Dans l'actualité

 

Le catalogue des parutions d'août à octobre est disponible ici !

 

Les libraires s'emparent de Mon fils en rose, de Camilla Vivian

 

"Variations sur le genre, entre théorie politique et témoignages essentiels. [une] approch[e] pour apprendre, écouter et déconstruire."

Librairie La Régulière  (Paris 18e)

 

"Avec détermination, délicatesse et ironie, Camilla Vivian raconte l’ histoire de Federico, un petit garçon serein et conscient de sa diversité, avec ses cheveux longs et son vernis à ongle rose. Elle raconte le quotidien de sa famille, à l’ école et à la piscine, pendant les courses et les fêtes d’ anniversaire, la pression sociale et familiale."

Les Bien-aimés, librairie-café (Nantes, 44)

 

"Mon fils en rose offre un regard sérieux et en même temps léger, combatif mais aussi délicat, sur un thème que l'autrice traite sans jamais perdre de vue une certaine ironie."

Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu, 42)

 

 

À propos de Désherbage, de Sophie G. Lucas


logo du matricule des anges

[...] On retient [...] ce témoignage d'une expérience partagée par tous les lecteurs: "Et je dois à la bibliothèque publique d'avoir pu maintenir ce goût en me donnant un accès illimité aux livres. J'envie toujours un enfant qui lit, j'imagine ce que cela soulève en lui, en elle. La magie."

Eric Dussert, Le Matricule des anges, n° 205, juillet-août 2019



À propos du Nuage et la valse, de Ferdinand Peroutka 

 

Deslivrerances.blogspot.com, Warren Bismuth

Pour la qualité remarquable de ce roman, il vous faut vous jeter dessus comme si vous étiez pris d’une subite boulimie. Il est pour finir un élément nécessaire pour se familiariser avec la très riche littérature tchèque et restera comme l’un des événements de 2019. On en reparlera dans longtemps, j’en suis convaincu. Et je le défendrai becs et ongles jusqu’à épuisement.

article complet ici

Les Imposteurs, Guillaume Richez

En adoptant un style volontairement impersonnel, l’auteur pousse le lecteur à se couler dans cette atroce indifférence qui a conduit le monde à la Catastrophe. [...] En refusant toute empathie, Peroutka signe un lourd roman sans compromission, un livre aussi épais qu’un long réquisitoire à charge contre notre in-humanité. Humain, trop humain.

article complet ici

Focus

Un prix Nobel a pris la contre-allée



















Les Enfants Verts, de Olga Tokarczuk, traduit du polonais par Margot Carlier, a paru en 2016 au sein de la collection Fictions d'Europe que nous développons avec le concours de La Maison Européenne des Sciences de l'Homme et de la Société. 
Olga Tokarczuk nous avait fait le plaisir de nous rendre visite en octobre de la même année pour prendre part à une conversation en compagnie de Victor del Árbol, aux côtés de Margot Carlier et Claude Bleton. Ca se passait au théâtre de La Verrière, à Lille, et il est possible de visionner la rencontre sur le site de la MESHS, en suivant ce lien : ici
Pour aller plus loin Les Enfants verts, Olga Tokarczuk
À venir
Jeudi 14/11/2019 - 19:00 / 21:00

Rencontre dédicace avec Thomas Giraud

librairie l'Encre bleue | 13b et 16 rue du maréchal Foc | Pornic 44210 | France

Rencontre dédicace avec Thomas Giraud autour de son dernier roman, Le Bruit des tuiles.

Lire la suite...